FeuilleuseWikiNi

AutourDampierreFermeDesMoulins

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-3-80-218-53.compute-1.amazonaws.com

La Ferme des Moulins


-Description:

Son activité fut très liée aux Forges de Dampierre-sur-Blévy (AutourDampierreForges), jusqu’au milieu du XVIème siècle. Certaine parties des bâtiments datent de cette époque. L’actuel Moulin des Moulins et la Grange des Moulins ont été reconstruits aux environs de 1860. Ces bâtiments s’intègrent sur un site regroupant la Ferme des Moulins, le Moulin des Moulins et la Grange des Moulins. Cet ensemble constitue un témoignage intéressant des activités agro-industrielles qui existaient autrefois.
La Grange des Moulin est un bâtiment exceptionnel par un travail de charpente rare pour un bâtiment agricole. Entièrement réalisée en peuplier, cette charpente ne nécessite aucun appui intérieur pour soutenir sa couverture de petites tuiles datant de la construction, dégagent ainsi un espace intérieur remarquable. Orientée est-ouest, sa longueur est de 25 mètres et sa largeur de 18,40 mètres. Les murs sont construits en briques et silex, ouverts par deux vastes portes à chaque extrémité, la porte ouest a été murée.
Ce bâtiment a été conçu dans un souci évident d’en rendre l’utilisation fonctionnelle. On trouve la marque d’un concepteur qui, sans pouvoir imaginer les bouleversements des techniques agricoles, avait anticipé sur l’apparition de vastes hangars où l’emploi de matériels motorisés est possible. Sa destination première a probablement été pour l’élevage car la grange est décrite dans un inventaire des la fin du XIXème siècle comme une « vacherie ». Il est possible de considérer qu’elle servait de bergerie car elle rappelle par certains aspect les grandes bergeries d’hivernage que l’on trouve dans d’autre contrées traditionnellement tournées, comme ce fut le cas ici autrefois, vers l’élevage extensif du mouton.

-Histoire:

Dans les appellations anciennes, sont généralement distingués le Moulin des Moulins et la Ferme du Moulin des Moulins. Ils sont cités dans différents documents et le fonds le plus important y faisant référence se trouve aux archives départementales à Chartres dans les titres de la famille FITZ-JAMES qui furent confisqués sous la révolution française. Sans certitude sur les lieux précis, on peut y apprendre qu’en 1260, un abbé de Blois cède à la famille de ROCHEFORT la moitié de la propriété des Moulins et des étangs à Blévy.
Un fourneau à fondre le fer dut y être installé, Il en est fait mention dans un acte du 15 janvier 1488 par lequel François de COURSEULLES, seigneur de Rouvray, acquit à Jean MESNIL, marchand à Maillebois, ses droits sur une moitié de fourneau, dont il avait déjà l’autre moitié, moyennant 52 charges de fer en barre, chaque charge pesant 1 500 livres.
Le fourneau se trouvait sous la chaussée d’un étang appartenant à Guillaume de BOUTIGNY, sieur des Moulins. Dans l’inventaire des titres de la baronnie de Châteauneuf en Thymerais, figure au chapitre du fief du Rouvray, la mention d’un bail de 1509 du sieur de BOUTIGNY à Florentin de COURSEULLES, sieur de Rouvray pour une “forge et un fourneau assis à Dampierre, seigneurie des Moulins”. Le bail est passé en 1512 au profit de Jacques et Pierre LANGLOIS. Le fourneau ne semble plus cité dans d’autres écrits et disparaîtra probablement peu après au profit des grandes forges de Dampierre.
Le 6 mars 1584, Jean de VIEUXPONT vend pour 4 000 écus le fief des Moulins à François seigneur d’O et de Maillebois dont la fortune considérable avait permis d’embellir et d’agrandir le domaine de Maillebois. Les Moulins en dépendront jusqu’à la révolution.
L’existence d’un moulin est attestée en 1769 par un bail de Christine de SAINTSIMON, Comtesse de Valentinois, Marquise de Maillebois à Denys FOURCINE pour le moulin et la ferme du Moulin des Moulins consistant en “maison à demeurer, granges, écuries, bergeries, pressoir, fournil et autres bâtiments, cours, garennes, pâtures, 150 arpents de terres labourables à prendre entre la pâture du Moulin des Moulins et l’ancien hameau d’Hérondeau et vergers”.
Les biens du Duc de FITZ-JAMES sont confisqués et la ferme du Moulin des Moulins est vendue par adjudication le vingt-cinq brumaire, an six, à Marie BELLANGER, veuve d’Antoine CADOLLE, demeurant à Dreux. La ferme compte alors environ 80 hectares. Il n’est pas fait mention du Moulin des Moulins qui devait appartenir à un autre propriétaire.
Puis trois générations de ROCQUE se succèdent. Tous portaient le prénom d’Henri et c’est probablement à eux que l’on doit la physionomie actuelle de la ferme. Ils y font de nombreux travaux ainsi qu’en attestent les traces de fondations ou de constructions plus anciennes qui se trouvent sur les bâtiments actuels. Tout d’abord Henry ROCQUE père, semble-t-il aubergiste à Dreux, achète la ferme le 29 mai 1806. Il fait plusieurs acquisitions qui agrandissent l’exploitation à un peu plus de 110 hectares. Il décède au Moulin Neuf à Dampierre sur Blévy le 15 novembre 1823. Quatre ans avant, le 16juillet 1819, la Ferme des Moulins avait été léguée à son fils Henri ROQUE (le deuxième). Le 12 août 1823, celui-ci rachète le Moulin des Moulins à Nicolas Bernard GUERIN, ancien notaire demeurant à Maillebois, et à Marie Edmée BAROCHE son épouse. Il partage ses biens le 9 mars 1850 entre ses trois fils : Henri Guillaume ROCQUE (le troisième) obtient la majeure partie des Moulins et rachète le reste des parts à ses frères. Il était également locataire de la ferme de la Billonière et exploitait une tuilerie (actuellement la ferme des Terriers aux Châtelets) où il fit quelques poteries de terre. En 1854, il emprunte une importante somme d’argent au Crédit Foncier remboursable en 50 ans au taux de 4,51% par an.
C’est probablement lui qui construisit l’actuel Moulin des Moulins. Le règlement d’eau date de 1861, mais des plans antérieurs donnent déjà la disposition des lieux et le détail des vannages. Les bâtiments étaient plus importants que ce qu’il en reste aujourd’hui. La description du Moulin des Moulins était alors : “un moulin à blé, monté à l’anglaise, garni de quatre paires de meules et de ses tournants et agrès, avec turbine sur la rivière Blaise, comprenant un grand corps de bâtiment en pierres et briques […], en retour d’équerre et à cheval sur la fausse rivière, un autre bâtiment construit partie en briques et partie en colombages, à usage de grange, un appentis […] et un autre bâtiment renfermant une scierie mise en mouvement par le moteur du moulin, un petit bâtiment à usage de pressoir avec chambre à feu au premier, un autre bâtiment servant d’écurie et remise avec grenier dessus, cour et petit jardin”.
En 1856, le Dictionnaire Géographique des Communes et des Hameaux indique que la Ferme des Moulins comptait “une maison, un ménage, treize habitants”.
En 1864, Henri Guillaume ROCQUE vend le moulin et la ferme des Moulins à Jacques Antoine Rémi BARRE, minotier aux Osmeaux, dont le fils Aiphonse, lui aussi minotier, fut maire de Dreux au début de ce siècle.
Le moulin cesse de fonctionner quelques années après. Sa taille ayant été jugée disproportionnée par rapport au débit de la Blaise, il fut même question de le démolir. Les différentes machines qui y étaient installées et certains matériaux sont démontés et réinstallés au Moulin de Barbasse à Montreuil sur Eure qui appartenait également à la famille BARRE. Ces machines sont utilisées jusqu’en 1913 puis disparaissent dans l’incendie qui détruisit le moulin en 1916.
La turbine n’avait pas été démontée. Elle est toujours en place bien que hors d’usage.

<< AutourBlevyChroniqueXVIIe SommaireAutour AutourDampierreForges >>

Commentaires [Cacher commentaires/formulaire]
Ajouter un commentaire à cette page: